La loi de financement de la Sécurité Sociale fait constamment évoluer notre système de santé pour améliorer la prise en charge de tous. Quelles répercussions sur les fonctions du pharmacien et son rôle dans notre suivi médical ?

De la vaccination…

L’un des changements les plus médiatisés concerne la vaccination contre la grippe. L’automne 2017 a vu se mettre en place une grande évolution dans les officines : la possibilité de s’y faire vacciner contre la grippe directement par son pharmacien. Cette nouveauté s’inscrivait dans le cadre d’une expérimentation implémentée dans plusieurs régions françaises. Aujourd’hui, l’acte a été entériné : la vaccination par le pharmacien est désormais inscrite dans le Code de la Santé Publique et est entrée en vigueur au 1er mars 2019. Elle concerne la vaccination contre la grippe mais également d’autres vaccins dont la liste est établie par le Ministère de la Santé.

Le pharmacien et ses missions de demain

 

… à la prescription

Le sujet des derniers débats de nos politiques porte sur la dispensation par le pharmacien de médicaments normalement prescrits par un médecin. Le sujet n’est pas récent : il avait déjà été soumis au vote des députés à l’automne dernier où il avait essuyé un refus. Cette fois, les députés ont donné leur accord pour que les pharmaciens puissent délivrer certains médicaments normalement sous ordonnance, sans avis médical. Néanmoins que les choses soient bien claires :

1- Il ne s’agit pas de prescription à proprement parler (qu’on n’aille pas accuser les pharmaciens d’exercice illégal de la médecine !)

2- Cette autorisation est valable sous certaines conditions :
– Elles concernent certains médicaments, dans le cadre d’affections légères (cystites, certaines angines, …). Ces affections seront listées par arrêté.
– Ces dispensations seront possibles dans le cadre de protocoles définis, et en lien avec le médecin traitant.
– Les pharmaciens bénéficieront d’une formation sur ces protocoles.

Lors de leur vote, les députés ont également autorisé les pharmaciens à modifier la prescription du médecin sans consultation de ce dernier dans le cas où un médicament serait par exemple en rupture de stock. Ces changements pourront avoir lieu en respectant les recommandations de l’Ansm (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), en charge notamment de l’évaluation des produits de santé.

Le pharmacien, un acteur clé dans la prise en charge du malade

Face au problème de désertification médicale et à une dégradation d’accès aux soins dans certaines zones géographiques, ces évolutions des compétences des professionnels de santé visent à maintenir un accès aux soins suffisants pour les malades. L’accessibilité à certains médicaments directement via les pharmaciens devrait permettre de soulager les médecins généraux, faciliter l’accès aux soins pour le malade, et éviter l’engorgement des services d’urgence.

Une pharmacie naturelle maison pour se passer des médicaments

Sources

Le Quotidien du Médecin,
– L’Express,
Le Parisien.

Béatrice Février

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.