La téléconsultation se généralise. Beaucoup de plateformes se créent, proposant désormais de mettre patients et médecins en contact. Ces plateformes ne peuvent se substituer au médecin traitant mais répondent à une urgence voire remettent dans le circuit médical des patients qui ne sont plus suivis par un médecin traitant, ce qui est le cas de beaucoup dans les déserts médicaux. Medadom est une de ces plateformes. Focus.

La plateforme Medadom (dont le nom signifie « Médical à domicile ») a été créée en 2017 par Charles Mimouni, Elie-Dan Mimouni et Nathaniel Bern. Medadom est une application à destination du patient pour trouver un médecin en moins de 90 mn, 7 jours sur 7 mais elle propose également des téléconsultations. 

Medadom : Un médecin en moins de 90 minutes

Lorsqu’un patient lance un appel de visite, les médecins les plus proches sont géolocalisés. L’application sollicite alors le médecin disponible en lui donnant l’adresse de la visite. Avant de se déplacer, le médecin appelle le patient pour juger de la gravité des symptômes. Si la visite est confirmée, le médecin dispose d’un délai maximum de 90 minutes pour s’y rendre, en fonction de l’urgence. Lorsque le médecin arrive, il se notifie en consultation ce qui le rend « indisponible ». Le patient règle la visite sur la base du tarif conventionné et la plateforme facture au médecin entre 1 et 5 euros par consultation.

Medadom propose également depuis 2 mois, la téléconsultation en officine.

Pour en savoir un peu plus, nous avons rencontré un des cofondateurs, Nathaniel Bern.

Entretien avec Nathaniel Bern, co-fondateur de Medadom

Vous proposez des téléconsultations et une plateforme de mise en relation. Pouvez-vous nous en dira davantage ?

Medadom est une application qui permet de mettre en relation des patients et des médecins pour des téléconsultations et également pour des visites à domicile. La société a été créée en 2017, nous avons pris en charge les premiers patients durant l’été 2017.

Depuis, nous avons pris en charge plus environ 8 000 patients et nous comptons un peu plus 35 000 personnes inscrites sur notre application.

La téléconsultation est un service que nous proposons depuis le début de l’année 2019. Elle s’adresse aux patients qui souhaitent obtenir un avis médical rapidement, avec délivrance d’ordonnance. Nous ne proposons pas encore de services la nuit. Mais nous sommes ouverts tous les jours de 8h à 20 heures. Et nous comptons, bientôt, ouvrir une plateforme qui sera disponible 24 h/24 et 7/7.

Téléconsultation : un premier bilan !

Votre équipe de médecins est composée de généralistes, qu’en est-il des spécialistes ?

Nous n’avons pas de spécialistes pour le moment mais nous devrions bientôt pouvoir en proposer. Nous avons des généralistes et surtout des urgentistes qui ont une expertise pédiatrique, par exemple. Actuellement, nous répondons surtout à des demandes en médecine générale. C’est pourquoi nous avons surtout des généralistes.

Vous êtes installé dans toute la France ?

Avec la vidéoconsultation, nous répondons à toutes les demandes sur le territoire national mais aussi à celle des francophones à l’étranger. Il suffit d’avoir un smartphone et un ordinateur avec une caméra. Pour la visite à domicile nous sommes implantés en Ile-de-France et en région Provence-Alpes-Côtes d’Azur.

Quel est le profil de vos médecins ?

Il y en a plusieurs. Nous avons des médecins installés, certains font partie d’établissements de santé, d’autres sont des remplaçants thésés. Dans tous les cas, nous mettons un point d’honneur à ce que tous nos médecins soient en exercice afin qu’ils aient une réelle expertise surtout en ce qui concerne les nouveaux protocoles. Nos médecins sont tous formés à la téléconsultation. L’examen ne se fait pas dans les mêmes conditions qu’un face-face, c’est pourquoi le protocole est différent et surtout strict.

Le dossier médical partagé : la santé connectée au service des patients ?

Quel est le profil de vos patients ?

En ce qui concerne la téléconsultation depuis chez soi, ce sont surtout des patients qui ont l’habitude d’être connectés même si certains seniors le sont aussi. Dans ce cas, les patients souhaitent avoir un avis médical et surtout savoir s’ils doivent aller aux urgences. Pour la téléconsultation en officine, nous avons mis en place, il y a seulement 2 mois, un partenariat avec les pharmaciens. En général une personne souffrante va d’abord chez le pharmacien pour lui demander son avis. Si le pharmacien l’estime nécessaire, il peut proposer une téléconsultation avec un médecin. Le patient est dans une cabine, répond à un questionnaire de santé puis la consultation démarre. L’ordonnance est envoyée et prise en charge directement par le pharmacien. Les frais de la consultation sont les mêmes que pour une consultation classique.

Vous répondez donc non seulement au problème des déserts médicaux mais à celui de l’engorgement des urgences ?

Pour les urgences, nous n’avons pas assez de recul pour mesurer l’ampleur de l’aide aux hôpitaux. Ce qui est sûr, c’est que les urgences, c’est plus de 20 millions de consultations dont 80 % pourraient être prise en charge avant une arrivée aux urgences.

En ce qui concerne les déserts médicaux, nous ne pourrons pas le régler à la place des pouvoirs publics en revanche, face à l’absence de médecin, beaucoup de patients ne font plus partie du circuit. Nos structures se chargent de leur trouver des médecins qui pourront les suivre régulièrement.

Et Nathaniel Bern conclut : « Nous proposons un médecin en vidéo-consultation, 7j/7, en moins de 10 minutes, avec délivrance d’ordonnance. Nous prenons en charge les soins non programmés et proposons une offre de soins additionnelle aux patients qui souhaitent obtenir un avis médical rapidement ».

D’après un entretien avec Nathaniel Bern, co-fondateur de Medadom.

Rendez-moi mon médecin traitant !

Léa Coulanges