Puisqu’on vous dit que le microbiote est partout ! PARTOUT ! Autant pouvons-nous nous douter que le microbiote influe sur le système digestif : c’est cohérent. Mais le microbiote peut-il influer sur des maladies métaboliques ? Diabète et microbiote ont-ils un lien ? Eh bien des études expérimentales le prouvent ! Et cela donne des pistes intéressantes pour cibler les soins en fonction du microbiote du diabétique.

Des bactéries impliquées dans la résistance à l’insuline : les études expérimentales

Depuis quelques années, les chercheurs tentent de comprendre si un lien existe entre le microbiote intestinal et le diabète de type 2. Et quelques études sont prometteuses.
Chez les personnes diabétiques ou pré-diabétiques, un taux élevé d’acides aminés branchés ou ramifiés (BCAA) est retrouvé. Ce taux est systématiquement corrélé avec une insulino-résistance. Une analyse du microbiote met en évidence 4 espèces microbiennes impliquées dans la synthèse ou l’utilisation de ces BCAA : Prevotella copri, Bacteroides vulgatus , Butyrivibrio crossotus et Eubacterium siraeum.

Pourquoi la découverte des BCAA n’a pas été explorée beaucoup plus tôt ? Chez le patient sain, certaines bactéries fabriquent ces acides aminés qui sont tout de suite utilisés par d’autres bactéries. Le bilan est « nul », et donc cela est presque indétectable chez ces sujets. En revanche, ce n’est pas le cas chez les patients atteints de type 2 : il existe un déséquilibre entre la fabrication et l’utilisation de ces BCAA. Le bilan n’est plus nul et la concentration en BCAA augmente.

Diabète et microbiote : une exploration in vitro

Les chercheurs ont également voulu explorer in vitro le rôle de ces bactéries. Ils ont donc administré l’une des bactéries, Prevotella copri, à des souris. Et là, que se passe-t-il ? Ces souris développent une résistance à l’insuline. Ils retrouvent également les BCAA dans le plasma de ces souris de façon plus importante que chez les souris témoins.
D’autres équipes ont enfin montré que le total de bactéries, la diversité bactérienne et la fonction des bactéries dans le microbiote intestinal affecte la résistance à l’insuline. En outre, sur des modèles animaux, la modification de la composition bactérienne via des probiotiques, prébiotiques et transplantation de microbiote fécal, ont permis de conclure que le microbiote intestinal peut être modulé pour réduire les hormones de la faim, le poids et la masse grasse, contribuant ainsi à un meilleur contrôle de la glycémie.

Pour bien comprendre :

Tout savoir sur le diabète de type 2

Des pistes pour prévenir ou guérir le diabète de type 2 chez l’homme ?

Forcément, l’idée de contrer l’effet de ces bactéries émane progressivement et des travaux devront être avoir lieu pour vérifier si l’effet de Prevotella copri par exemple peut être contrecarré. De même, en analysant le microbiote des individus, il serait possible d’identifier les personnes susceptibles de développer une insulino-résistance. Oui mais… Car il y a un mais : cette pratique, bien que prometteuse, coûte plus d’un millier d’euros. Et bien que chère, cette pratique remet en avant l’avantage de personnaliser le traitement des patients.
En revanche, on sait d’ores et déjà que les fibres réduisent le risque d’apparition de diabète de type 2. En effet, la digestion des fibres par le microbiote produit des métabolites qui protègent la fonction de production d’insuline par le pancréas. Les métabolites produits par le microbiote permettent en effet une meilleure production d’insuline ainsi qu’une meilleure sensibilité à cette hormone. Donc n’hésitez pas et faites-vous plaisir : fruits, légumes, céréales complètes, graines oléagineuses, légumes secs seront vos alliées pour prévenir le diabète.

Tout savoir sur les fibres alimentaires

Sources

– Aydin, Ö., Nieuwdorp, M., & Gerdes, V., « The Gut Microbiome as a Target for the Treatment of Type 2 Diabetes », Curr Diab Rep., 2018 ; 18 (8), 55,
– Karine Clément, « Eubiose et dysbiose : où sont les signatures ? le poids du microbiote dans l’obésité et le diabète », Collège de France,
Le Figaro Santé,
Pourquoi Docteur,
Lanutrition.fr.

Raphaelle Santarelli