Le régime « sans » est clairement tendance. Régimes sans gluten, sans lactose, tous deux ont chaque jour de plus en plus d’adeptes. Mais en dehors d’une cause médicale, ces régimes ont-ils vraiment un sens ? Et quelles répercussions sur la santé ?

Le régime « sans » : nécessité ou effet de mode ?

Il convient de distinguer deux cas. Le régime « sans » lié à un cas d’intolérance ou d’allergie et le régime « sans » par conviction. Dans le premier cas, un tel régime est véritablement nécessaire et certains aliments doivent être éradiqués de l’alimentation. Quant au second cas, éliminer le gluten ou le lactose ne se justifie pas médicalement et correspondrait davantage à un effet de mode, lié à des considérations personnelles. Ce choix de vie pourrait d’ailleurs avoir des répercussions sur la santé. Le professeur J-L. Schlienger souligne que ce type de régime, sans justification médicale donc, est avant tout un « signe d’affirmation de soi, et un positionnement personnel qui permet d’exorciser les angoisses alimentaires ». Le régime sans, une pratique identitaire ?

Le régime sans gluten

Très répandu, il est bien évidemment fondamental en cas de maladie cœliaque ou d’allergie au gluten. Cette dernière est bien moins répandue puisqu’elle toucherait environ 0,3 % de la population. La maladie cœliaque, ou intolérance au gluten, est une affection chronique inflammatoire de l’intestin grêle. Il s’agit d’une maladie auto-immune, le gluten provoquant une destruction des villosités de l’intestin.

Gérer le quotidien sans gluten est source de tracas ? WeCook a la solution :

Des produits plus sains ?

Mais si l’éviction du gluten est un choix personnel et non médical, attention. Les produits sans gluten (qui abondent en grandes surfaces) ne sont pas si bons que ça… Une enquête menée par 60 millions de consommateurs a par exemple comparé une pâte à tarte brisée sans gluten à la pâte brisée classique de chez Marie. La pâte sans gluten contient pas moins de quinze ingrédients – dont 5 additifs comme le E464 et le E330. En revanche, seuls six ingrédients (et aucun additif) composent la pâte dite classique et aucun additif à déplorer. Mais pour quelle raison ? La farine de blé a en effet la réputation de donner de l’élasticité à la pâte donc, pour pallier à ce manque, la pâte sans gluten remplace la farine de blé par de la farine de riz, accompagnée par de la fécule et des amidons.

Quels apports nutritionnels ?

La même enquête souligne également que les produits sans gluten comme les biscuits aux pépites de chocolat, les pizzas et les pains de mie ont une teneur en protéines plus basse que les produits contenant du gluten. Des produits qui ne seraient donc pas forcément plus sains, et tenter de remplacer des produits avec du gluten par des équivalents n’apparaît pas comme l’idée du siècle. Raison pour laquelle les intolérants et allergiques cherchent davantage des produits de substitution. Mais eux ne le font pas par choix.

Le fonio, un véritable produit de substitution :

Céréale sans gluten : découvrez le fonio et ses 4 principaux atouts !

Et le régime sans lactose ?

Le régime sans lactose est inévitable en cas d’allergie aux protéines de lait de vache voire d’intolérance au lactose (liée à un déficit en lactase). Ce régime est fortement déconseillé chez les nourrissons et les jeunes enfants, car cause de carence en calcium. Chez les adultes l’intolérance au lactose est relativement courante, entre 30 et 50 % de la population française. Les symptômes ? Ballonnements abdominaux, crampes, diarrhées, flatulences…

Ces symptômes signalent peut-être que vous ne tolérez pas bien les FODMAPs ?

Comprendre les FODMAPs

On saisit donc aisément pourquoi nombre de Français écartent le lactose de leur alimentation. Mais quelle position adopter ? Si lesdits symptômes ne sont pas présents chez vous, pourquoi vous passer des produits contenant du lactose ? Il faut savoir que le lait est source de peptides bioactifs aux fonctions anti-infectieuses et antioxydantes. A contrario, la consommation de lait pourrait être impliquée dans le développement de certaines maladies chroniques. Mais nulle étude objective à ce jour. Aussi, hormis l’allergie et l’intolérance, l’éviction du lait ne semble reposer sur aucun niveau de preuves solides.

Contenu relu et validé par une diététicienne WeCook.

Sources

60 millions de consommateurs, « La face cachée des aliments sans gluten », n° 512,
– Afdiag,
Ameli.fr,
Univadis.

Jonathan Epaillard