5 bonnes raisons de faire la sieste au bureau

Que vous la pratiquiez avant ou après le déjeuner, la sieste pourrait devenir une institution pour vous et vos collègues. Découvrez pourquoi en 5 points. 

La sieste c’est simple, et c’est bon pour vous !

La sieste est très facile à mettre en place : les bras croisés sur votre bureau avec une paire de boule Quies, voire dans une salle dédiée à la sieste (si si, quelques employeurs jouent le jeu, promis !).
Si vous hésitez, il faut savoir que c’est bé-né- fique pour vous (et votre productivité, donc votre entreprise…) Profitez de l’été approchant pour l’instaurer !

DIETIS Une marque de ALANTAYA SAS
Inscrivez-vous à notre newsletter

La sieste au bureau : 5 bienfaits

1 – La sieste vous rend plus vigilant

En améliorant votre concentration grâce au repos apporté à vos neurones. Vous êtes donc plus réceptif, plus attentif, et donc plus rigoureux dans vos tâches quotidiennes.

Le sommeil, c’est sacré !

2 – Elle améliore votre humeur

Parce que vos taux de cortisol et de noradrénaline (hormones du stress) sont diminués. Vous êtes donc moins irritable, plus sympa … et du coup, vos collègues vous adorent !


3 – La sieste stimule votre mémoire

Tout ça parce que votre cerveau s’est régénéré. Finis les petits oublis et les stress de dernière minute : plus rien ne vous échappe !

4 – La sieste booste votre créativité

15 minutes de récupération et c’est reparti. Quand votre boss saura ça …

5 – Elle vous rend plus vif et moins fatigué

Parce que votre cerveau et vos muscles ont récupéré. Vous pouvez donc repartir de plus belles sur de nouvelles tâches, avec le même entrain que lorsque vous êtes arrivé ce matin.

Une bonne nuit dans les bras de Morphée : c’est bon pour votre poids !

En seulement 15 minutes, vous êtes en plein forme et prêt à affronter ces dernières heures de travail avant votre prochaine nuit ! Cependant, attention, dormir plus de 30 minutes vous plongera dans un sommeil profond … dont vous aurez beaucoup de difficultés à sortir.

Sources

– S.C. Mednick, K. Nakayama, R. Stickgold, « Sleep-dependent learning: a nap is as good as a night. » Nat. Neurosci., 2003; 6: 697-698.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *