Douleurs abdominales ? Troubles du transit ? Un diagnostic à confirmer (un éventuel cancer du colon) ? Une coloscopie, examen qui permet d’observer la paroi interne des intestins, est souvent prescrit.

Dans quels cas réalise-t-on une coloscopie ?

En effet, la coloscopie permet de dépister un cancer du côlon ou du rectum ainsi que des lésions précancéreuses comme les polypes. Elle est aussi prescrite pour rechercher l’origine de symptômes digestifs (douleurs abdominales, troubles du transit, saignements lors de la selle) ou en cas d’anémie par carence en fer.

Pour en savoir plus : 8 cancers décelés grâce à une simple prise de sang

Qu’est-ce qu’un coloscope ?

Le coloscope est un tube souple d’un centimètre de diamètre et d’une longueur d’un mètre cinquante. Il est introduit, sous anesthésie, dans votre côlon via l’anus.
À l’une des extrémités du tube, une mini caméra assortie d’une source lumineuse est connectée à un écran vidéo. Ainsi, le médecin peut parfaitement suivre sa progression. Composé de canaux, l’intérieur du tube permet aussi l’insertion d’outils médicaux comme une mini pince pour la biopsie (prélèvement) ou une anse métallique flexible pour l’ablation d’un polype.

Comment se préparer à une coloscopie ?

Pour favoriser une observation « claire » de la paroi intestinale, les intestins doivent être parfaitement propres, en particulier sans matière fécale.

Le médecin gastro-entérologue prescrira un régime sans fibres alimentaires dès l’avant-veille de l’examen.
– Les aliments interdits : légumes verts, crudités, salade, laitages et fruits crus.
– Les aliments autorisés : bouillons sans légumes, pâtes non complètes, pommes de terre, viande, poisson, compotes de fruits cuits et pain blanc.

De plus, pour parfaire ce grand nettoyage, vous devrez absorber un liquide de préparation de l’intestin :  2 litres la veille au soir et 2 litres le matin. Buvez chaque 2 litres en moins d’une heure pour une efficacité optimum. Le jour de la coloscopie, arrivez à jeun (ni alimentation, ni boisson, ni médicament, ni tabac).

Comment se déroule une coloscopie ?

Après l’anesthésie (le plus souvent générale), direction le bloc opératoire. Allongé sur le côté gauche ou sur le dos. Le médecin introduit le coloscope par l’anus. De l’air insufflé à travers le tube permet de « déplier » vos parois intestinales et favorise leur observation. La coloscopie dure environ 20 minutes.

Pour en savoir plusl’endoscopie digestive haute

Que se passe-t-il après la coloscopie ?

D’abord en salle de réveil puis à votre chambre où vous pourrez prendre une collation. Vous pouvez ressentir un ballonnement abdominal (gaz) mais sans douleur. Dans la plupart des cas, vous pouvez quitter le jour même l’hôpital à condition d’être accompagné. Sauf contre-indication, vous pourrez reprendre vos activités dès le lendemain.

Enfin, sachez que comme tout acte médical, la coloscopie présente des risques de complications même si ces derniers sont rares. Consultez votre médecin en cas de fièvre, de douleurs abdominales ou de pertes de sang.

Vanessa Pageot

0 réponses à “Tout savoir sur la coloscopie”

  1. […] À découvrir sur le même sujet : Tout savoir sur… la coloscopie. […]

  2. […] Et aussi : La coloscopie, c’est douloureux ? Comment ça se passe ? […]

  3. […] À découvrir sur le même sujet : Qu’est-ce que la coloscopie ? […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.