S’il y a un métier qui restera au coeur de la relation patient / professionnel de santé, c’est bien celui d’infirmier(ère) libéral(e). LQDP a rencontré Daphné Lecarme, infirmière libérale à Toulouse depuis environ 5 ans. Elle témoigne.

Le quotidien d’une infirmière libérale

7h : C’est l’heure des premières visites, souvent consacrées aux prises de sang où le patient doit être à jeun. Le chronomètre est lancé pour Daphné, toujours équipée de sa trousse comportant pansements, compresses et seringues. La liste des rendez-vous étant particulièrement chargée, il est capital de ne pas prendre de retard ! Aujourd’hui, pas moins de 32 rendez-vous sont prévus. Daphné verra certains patients ce matin mais également en fin de journée ! Une demande qui ne cesse de croître et à laquelle Daphné ne peut pas toujours faire face.

– 9h : Nombre de ses visites matinales concernent la douche et l’habillement de ses patients, acte d’une durée moyenne de 30 minutes, facturé 18 €. Le patient ne paye pas Daphné à chacun de ses passages, elle est directement remboursée par la Sécurité Sociale et/ou les mutuelles.

l'infirmière libérale doit faire la toilette de certains de ses patients et les habiller

 

Au cœur de l’intimité des patients

Une infirmière libérale doit s’adapter aux conditions de vie du patient, contrairement aux infirmières en hôpital. Pour chaque patient, Daphné plonge dans son intimité, dans son univers. Se crée alors un véritable lien avec les patients, car il y a un vrai cadre personnel : « j’ai même l’impression d’appartenir à la famille du patient » souligne Daphné. Ses services vont même parfois au-delà de son métier. Au-delà de l’aide et du soin qu’elle apporte aux patients, des discussions s’installent petit à petit avec les patients.

13h : Les rendez-vous se sont succédé, laissant peu de place au répit. Surtout qu’entre chaque patient, elle doit prendre la voiture pour suivre son circuit quotidien. Ses patients ne sont néanmoins pas trop éloignés les uns des autres, son patient nécessitant le déplacement le plus important se situe en effet à une dizaine de kilomètres de son domicile. Les frais de déplacement ? 2,50 €, quelle que soit la nature de l’acte. Le prix d’une prise de sang ? 8,58 €, frais de déplacement inclus !

Il est à présent temps de s’accorder une pause, qui n’en est pas vraiment une, notre infirmière en profite en effet pour gérer les formalités inhérentes à son statut.

Une patientèle diversifiée

« Je vois certains patients depuis mes débuts à Toulouse, soit 5 ans environ. Il s’agit notamment de personnes âgées qui ne peuvent pas se déplacer. D’autres patients sont ponctuels, comme les patients qui ont besoin de prises de sang ou qui nécessitent des pansements par exemple. Ceux-là, je ne les vois que sur quelques jours ».

Mais Daphné visite également des personnes actives le matin avant la journée de travail ou à la pause déjeuner, comme cette femme d’une quarantaine d’années souffrant d’un cancer du sein, à qui il a fallu faire des prises de sang avant sa chimiothérapie et des injections de granulocytes après sa chimiothérapie.

15h30 : De retour au chevet des patients. Les visites vont s’enchaîner durant le reste de l’après-midi.

L’infirmière libérale, seul rempart contre la solitude

L’infirmière est avec l’aide ménagère ou l’aide à domicile, mais aussi le kinésithérapeute, le seul lien avec l’extérieur de certains patients. Parfois même, le patient n’aura vu et parlé qu’à Daphné au cours de sa journée. C’est notamment le cas des personnes âgées isolées – la moyenne d’âge de sa patientèle est d’environ 80 ans -, sans personne à leur côté. Chaque patient a le numéro de Daphné mais n’en abuse pas pour autant. Elle est heureuse que les patients respectent sa vie privée et ne l’appellent par exemple pas sur ses jours de repos.

Daphné travaille-t-elle le dimanche ? Eh bien oui ! La santé ne connaît pas le repos dominical, chaque acte étant néanmoins majoré de 8 €.

 

l'infirmière libérale peut aider ses patients lors des repas

Daphné n’hésite pas à faire plus que ce que son cadre de travail lui impose : pour ces personnes, elle peut réchauffer leur repas, les aider à s’alimenter, vérifier ce qu’il manque au quotidien, changer une ampoule, poster le courrier etc.. Et tout ceci doit tenir dans son emploi du temps car certains patients ont des heures de visites strictes. Et ses patients la remercient, Daphné a croulé sous les chocolats à Noël.

19h : Daphné s’est rendue chez plus de quinze patients cet après-midi. La journée s’achève enfin. Mais demain tout recommencera, elle fera des pansements, des prises de sang, des perfusions d’antibiotiques et même l’aide à la douche et à l’habillement de certains patients. Ces consultations durent de 10 à 45 minutes. Une prise de sang par exemple dure relativement peu de temps. En revanche, l’aide à la douche ou une perfusion d’antibiotiques durent beaucoup plus de temps. Et ses journées sont longues, les premiers rendez-vous peuvent être avant 7h du matin et les derniers à 20h.

La e-santé, qu’en pense Daphné ?

La e-santé est « une opportunité » pour le patient et pour l’infirmière libérale. Pour Daphné, « la messagerie Albus est une réelle opportunité, car les médecins répondent très peu au téléphone, et plus facilement à leurs mails« . Ainsi, un gain de temps et une plus grande réactivité prouvent que la e-santé peut faciliter le quotidien de l’infirmière libérale, et améliorer la prise en charge des patients.

 

Source

Albus.

Raphaëlle Santarelli

0 réponses à “Vivez 24 heures avec Daphné et plongez dans le quotidien d’une infirmière libérale !”

  1. […] 10 – Ne pas hésiter à interroger les professionnels de santé (médecin, pharmacien, infirmier…) afin d’avoir les réponses à ses […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.