Maryne Cotty-Eslous développe une application permettant d’atténuer les douleurs chroniques grâce à la sollicitation de notre cerveau. Découvrez Lucine, l’application pensée par et pour les personnes souffrant de douleurs chroniques.

Lucine, nouveau dispositif médical pour les douleurs chroniques

Si Maryne Cotty-Eslous a pu lancer une application qui répond autant aux problématiques des patients, c’est qu’elle connaît bien le sujet. Elle souffre en effet d’endométriose et du syndrome d’Ehlers-Danlos, une maladie génétique rare qui atteint les tissus conjonctifs entourant les organes. L’application Lucine a vu le jour grâce à son expérience et dix années de recherche. Lucine permet d’évaluer en 45 secondes seulement le niveau de douleur tout en proposant un soin afin d’atténuer la douleur. Un véritable « e-médicament » qui a déjà passé la phase des essais cliniques et qui pourrait, à terme, être conseillé par les médecins.

Une application du quotidien

Dès l’ouverture de l’application, un questionnaire permet la mise en place du diagnostic. Lors de cette mise en place, une image ô combien apaisante accompagnée d’un « votre soin est en cours de préparation ». La créatrice de l’application souligne, dans un entretien au Monde, que « des études ont montré que cette simple phrase fait descendre le niveau de douleur d’un cran. Le patient se sent pris en charge, on ne le lâche pas ».

Les soins proposés varient selon l’intensité de la douleur, l’environnement ainsi que l’état émotionnel. À la clé une relaxation multi-sensorielle, un serious game ou encore une séance de stimulations immersives en réalité virtuelle.

Saviez-vous que vous êtes plus de 80 % à estimer que votre douleur n’est pas suffisamment prise en compte ? :

La douleur, une fatalité ?

De l’importance de l’effet placebo

Maryne Cotty-Eslous a bien compris l’importance du cerveau dans la douleur : « il suffit de comprendre comment il fonctionne et de lui envoyer les bons messages ». La fondatrice et ses associés ont déjà « identifié une quarantaine de stimulations différentes qui vont permettre soi de détourner l’attention du cerveau, soit de baisser le niveau de cortisol [hormone impliquée dans la gestion du stress] en travaillant sur la cohérence cardiaque du patient, soit de provoquer un orgasme cérébral, qui va lui-même enclencher la production d’ocytocine et d’endorphine [deux neuropeptides agissant sur le bien-être, connues comme les hormones du bonheur] ».

Cette importance de l’effet placebo, elle l’a découverte grâce au professeur François Tison, spécialiste de Parkinson qui « donnait des solutions neutres à ses patients pour diminuer les crises de tremblements » et parvenait à obtenir 80 % de résultats identiques qu’avec un médicament.

La lutte contre les douleurs liées à l’endométriose

En collaboration avec le laboratoire Ipsen, la fondatrice de Lucine a créé une solution à destination des patientes souffrant d’endométriose. Grâce à quelques questions, le diagnostic peut être rapidement posé, permettant de consacrer davantage de temps à l’écoute de la patiente. Et l’écoute permettrait de réduire les douleurs de 10 à 15 %. Pour traiter les douleurs liées à l’endométriose, la patiente est immergée en pleine nature, puis dans les nuages où elle va recevoir des stimulations auditives et visuelles afin de permettre la production naturelle de morphine.

Endométriose : vers un diagnostic à l’aide d’une simple prise de sang

Avec Lucine, Maryne Cotty-Eslous souhaiterait apporter une solution aux 12 millions de Français souffrant de douleurs chroniques. Pour un quotidien tout en douceur.

Source

Le Monde.

LQDP