LQDP a rencontré et interviewé pour vous Julie Delorme, diététicienne qui a décidé de se consacrer aux pathologies digestives, à l’origine de Delormenutrition.

LQDP : Julie Delorme, vous êtes diététicienne. Pourquoi êtes-vous spécialisée dans les pathologies digestives ?

Je suis atteinte de colopathie fonctionnelle depuis l’âge de 16 ans. J’ai commencé à avoir super mal au ventre aux périodes d’examens scolaires puis à peu près tout le temps. J’ai fait ma première coloscopie à l’âge de 18 ans.
En 2009, miracle ! Toujours en quête de solutions, j’ai découvert le régime pauvre en FODMAPs. J’ai immédiatement décidé de l’essayer. Et j’ai bien fait : il a complètement changé ma vie !

Comprendre les FODMAPs

J’ai alors pris la décision de reprendre des études. Je suis allée en Australie plusieurs mois me former auprès de l’équipe de Sue Shepard, à l’origine des premiers travaux sur ce fameux régime pauvre en FODMAPs.

Quelles pathologies digestives traitez-vous en priorité ? 

Je suis spécialisée dans le syndrome de l’intestin irritable (SII), c’est 80% de mon activité. Et je reçois également des patients atteints de la maladie de Crohn ou de rectocolite hémorragique. Il faut savoir que plus de la moitié des patients atteints de Crohn ont également le SII. Je traite également des intolérances alimentaires, des patients atteints de la maladie cœliaque.

Et aussi : Tout savoir sur le syndrome de l’intestin irritable, causes, symptômes et traitements

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est une maladie chronique qui empoisonne la vie des malades. Parlons-en !

En quoi le régime pauvre en FODMAPs est-il « novateur » ?

Il est naturel ! Il permet de réduire, de stabiliser voire de supprimer les symptômes particulièrement douloureux du SII. Dans les pays anglo-saxons, c’est le traitement de première intention. En France, ce n’est pas encore le cas, mais c’est en bonne voie !

De nombreuses personnes souffrent du syndrome de l'intestin irritable

Comment réagissent vos patients à ce régime ? 

Certains patients trainent cette pathologie depuis des années… 20 à 30 ans voire plus pour certains ! Le SII est une maladie insidieuse qui peut se mettre en sommeil pendant plusieurs années et se réveiller parfois, pour les femmes, au moment d’une grossesse ou de la ménopause. Il faut bien se rendre compte que le SII a le même impact sur la qualité de vie qu’un diabète sous dialyse !

Et comme c’est une pathologie silencieuse aux symptômes dont les patients n’ont pas forcément envie de parler, ce régime pauvre en FODMAPs est souvent une révélation !
Par ailleurs, d’un patient à l’autre, les symptômes et l’intensité de ceux-ci sont variables. Certains, dès les premiers jours de la mise en place du régime pauvre en FODMAPs, ressentent une réelle amélioration. Comme je vous le disais, c’est aujourd’hui le traitement le plus pertinent !

Et sinon : Quels liens entre syndrome de l’intestin irritable et alimentation ?

La colopathie fonctionnelle ou syndrome de l’intestin irritable (SII) et l’alimentation

Ce régime pauvre en FODMAPs est-il facile à suivre au quotidien ?

Le SII empoisonne la vie de chaque patient au quotidien. Certains ne font qu’un seul repas par jour, le soir, pour être moins stressés et se trouver chez eux au moment des symptômes… D’autres ont la chance d’être en télétravail ou de bénéficier d’un mi-temps thérapeutique. Le SII joue sur la libido et donc sur la vie amoureuse des patients. Des vacances au ski ou une simple randonnée deviennent des calvaires…

Alors, même si ce régime demande de l’attention et une organisation certaine, le patient est (vite) récompensé de ses efforts.

Vous venez de publier le premier guide d’achat en supermarché. Pouvez-vous nous en dire davantage ? 

Il n’existe pas de logo « pauvre en FODMAPs » en France. Et les patients n’ont pas toujours le temps de lire toutes les étiquettes ni les compétences pour les interpréter.

Vous avez entendu parler du label FODMAP FRIENDLY ? Vous voulez en savoir plus ?

Ce livre, je l’espère, devrait simplifier la vie des patients et leur permettre d’élargir leur alimentation. En effet, certains ont tendance à acheter toujours les mêmes produits, une fois qu’ils les ont testés, et n’osent plus s’aventurer vers des produits ou aliments nouveaux.

Merci Julie Delorme !

LQDP

0 réponses à “Julie Delorme, la diététicienne des pathologies digestives”

  1. […] pas à discuter avec votre médecin et votre diététicien pour comprendre au mieux cette pathologie et le régime à suivre. Il est important de comprendre […]

  2. […] À découvrir : Julie Delorme, la diététicienne des pathologies digestives […]

  3. […] À découvrir : Julie Delorme, la diététicienne des pathologies digestives […]

  4. […] pas à discuter avec votre médecin et votre diététicien pour comprendre au mieux cette pathologie et le régime à suivre. Il est important de comprendre […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.