Connaissez-vous les mensurations du foie ?

Mensurations du foie

Le foie est un organe majeur du bon fonctionnement du corps humain.  Il joue un rôle majeur dans la digestion des aliments. Voici les mensurations du foie :

– longueur : il mesure environ 28 cm de large.

– poids : il pèse environ 1, 5 kilo. À titre de comparaison, le cœur ne pèse que 300 g.

– forme : il est divisé en 2 lobes : le lobe droit et le lobe gauche, et que ces 2 lobes sont séparés par un ligament appelé ligament falciforme.

– rôles (un des) : il assure à lui tout seul presque un tiers de la chaleur produite par ton organisme.

Mais, que se passe-t-il quand le taux de sucre est mal régulé ?

Le foie est un facteur clef du diabète

C’est là que le diabète entre en jeu, qu’il s’agisse du diabète de type 1 ou bien de type 2.

Pour bien comprendre le diabète de type 2 :

Le diabète de type 2

Afin de transformer le sucre présent dans le sang et stocker le glycogène, le foie a besoin d’insuline, l’hormone que produit le pancréas. Il arrive que l’organisme ne reconnaisse plus les cellules produisant l’insuline. Il les détruit, parce que la quantité – voire la qualité – d’insuline produite est insuffisante, eu égard au sucre présent dans le sang.

Les personnes souffrant de diabète ont donc besoin d’injections d’insuline pour éviter que le taux de sucre dans le sang soit trop élevé, impliquant à terme de lourdes conséquences pour les vaisseaux sanguins et les nerfs.

Pourquoi c’est important de se faire de la bile ?

Se faire de la bile

La bile est un liquide jaunâtre, produit par les cellules du foie, qui joue un rôle capital dans ce long processus qu’est la digestion. Elle s’écoule grâce à un ensemble de petits canaux pour finalement atteindre la vésicule biliaire, où elle sera stockée entre les repas. Par le canal hépatique, elle atteint le duodénum – première partie de l’intestin grêle – après un délicieux repas. Là, aidée par les enzymes que le pancréas fournit, elle décompose progressivement les nutriments, notamment les molécules de graisse.

L’instant culture : quelles sont les origines de l’expression « se faire de la bile » ?

Encore une expression que nous devons aux origines de notre civilisation ! Dans la Grèce antique, on assimilait le corps humain à quatre « humeurs », à savoir le sang, la pituite, la bile jaune et… la bile noire. Ces humeurs correspondent aux éléments fondamentaux : l’air, la feu, l’eau et la terre. C’est Hippocrate, père de la médecine, qui a livré une théorie quant à la bile noire. Au IVe siècle avant J.C en effet, Hippocrate a estimé que l’anxiété et la tristesse étaient liées au « mauvais sang », soit une trop grande quantité de bile noire sécrétée par la rate. Afin de diminuer ce trop-plein de liquide noir, des saignées étaient régulièrement pratiquées.

Des siècles plus tard, la médecine a fait un bond en avant.  Nous sommes aujourd’hui sûrs que la théorie d’Hippocrate était fausse. Mais l’expression est restée dans les mœurs, les personnes dites mélancoliques sont celles qui se font « du mauvais sang » ou de la bile.