Vos connaissances sur le cœur et la circulation sanguine remontent à vos cours de biologie ? LQDP est là pour la petite piqûre de rappel.

Pourquoi le cœur bat-il ?

Pourquoi le cœur bat-il ?

Le cœur est un gros muscle creux qui équivaut à une pompe. S’il bat, c’est pour envoyer le sang de façon continue avec un certain débit au niveau des cellules périphériques. L’objectif est d’apporter de l’oxygène et des nutriments aux cellules. Ceci doit donc s’opérer de façon continue et permanente car certains organes supportent mal le manque d’oxygène. Par exemple, le cerveau peut vite se mettre en arrêt dès lors qu’il manque d’oxygène, et cela peut se passer en quelques secondes à peine.

Comment le cœur bat-il de façon permanente ?

Le cœur est un muscle : il se contracte comme tout autre muscle. La différence est que sa contraction ne répond pas à un ordre du cerveau : elle se fait de façon automatique. L’action n’est pas volontaire comme les muscles qui nous permettent de marcher par exemple. Comment cela est-il possible ? Le muscle comporte un tissu spécifique appelé tissu nodal. Il s’agit d’un tissu de conduction qui permet une dépolarisation progressive et spontanée. Ce tissu envoie donc un message électrique qui est ensuite transformé en message mécanique par les cellules cardiaques. Ce message se répand ensuite de cellules en cellules, ce qui provoque la contraction.  C’est donc ce qui correspond à un véritable « pacemaker » naturel !

Pourquoi le cœur bat-il parfois plus vite ?

Dans l’organisme, le cœur bat en moyenne entre 50 et 100 fois par minute. Mais vous l’aurez remarqué : dans certaines situations, le cœur s’emballe. Quand on fait du sport, quand on est amoureux, quand on est stressé ou bien avec certaines pathologies. On parle de tachycardie quand le cœur dépasse les 100 battements par minute (et peut même atteindre les 400 battements par minute !!). En réalité si le cœur accélère ses battements, c’est pour augmenter son débit sanguin, donc augmenter la vitesse du débit sanguin et répondre à des besoins accrus de façon ponctuelle. Cette augmentation du débit sanguin permettra d’alimenter les cellules périphériques lors d’un entrainement sportif par exemple et répondre aux besoins accrus en oxygène et en nutriments par les cellules musculaires.

Mais cela peut être lié également à une pathologie : l’hypertension par exemple induit une augmentation du débit sanguin et donc des battements du cœur.

L’hypertension artérielle, la maladie silencieuse des pays développés

Enfin, les situations émotionnelles peuvent induire une augmentation des battements, et ceci est lié à l’adrénaline ! Le cerveau envoie des signaux aux glandes surrénales, organes situées juste au-dessus des reins. La partie interne de ces glandes assure la sécrétion d’adrénaline. Cette hormone se retrouve alors dans la circulation sanguine et atteint le cœur. L’adrénaline stimule alors le rythme cardiaque et augmente les battements du cœur.

De quoi est composé le sang ?

De quoi est composé le sang ?

Le sang est un milieu biologique composé :
1 – De cellules :
– Les globules rouges (ou hématies) qui assurent les échanges gazeux entre les cellules du corps, les poumons et le cœur,
– Les globules blancs qui assurent principalement l’immunité de l’organisme.

2 – D’une phase aqueuse : plasma composé lui-même d’eau, de sels minéraux, et de composés organiques (protéines comme l’albumine, protéine de coagulation, etc…)

L’organisme contient en moyenne 5 L de sang.

Pourquoi le sang est rouge ?

Vous vous souvenez, le sang est composé de cellules appelées hématies. Les fameux globules rouges ! Eh bien ces cellules contiennent des protéines qui fixent l’oxygène afin de le distribuer aux cellules périphériques. Ces protéines sont l’hémoglobine, qui contient un noyau (hème) avec du fer pour fixer l’oxygène.

Le fer associé à l’oxygène forme l’oxyhémoglobine. C’est cette association fer + oxygène qui donne une couleur rouge. Mais en lisant ceci, vous vous dites surement : « Tiens, bizarre : quand je regarde la peau, je vois bien mon réseau sanguin et je vois du vert/bleu et non du rouge ? ». Eh bien la réponse se retrouve dans un phénomène d’optique : notre peau agit comme un filtre et ne nous laisse voir que la couleur bleu.

Et enfin, l’association métal (fer) + oxygène donne du rouge, pour de nombreux animaux. Mais d’autres ont une couleur de sang qui diffère : du sang bleu par exemple. L’hémocyanine est le transporteur présent chez de nombreux invertébrés (crabe, mollusques, etc…). L’hémocyanine équivaut à l’hémoglobine sauf que le fer est remplacé par du cuivre. Et l’association cuivre + oxygène donne une couleur bleu-vert.

L’analyse de sang : une mine d’informations sur votre état de santé

Quand on se fait mal, comment le sang arrête de couler ?

Le sang contient une protéine appelée fibrinogène qui permettra la coagulation du sang (passage de l’état liquide à l’état solide) dès qu’un accident arrive. Le fibrinogène est une protéine du plasma et qui est fabriquée par le foie. À partir de celle-ci, un réseau de fibrine sera créé pour permettre la coagulation. Ce réseau nécessite des facteurs de coagulation, comme des protéines, la vitamine K, du calcium, etc… Tout ceci va être activé au niveau du site hémorragique.