Menée au Royaume-Uni, une étude de grande ampleur a vu le jour. Elle a cherché à savoir si les femmes souffrant d’endométriose étaient plus susceptibles de recevoir un diagnostic du syndrome de l’intestin irritable (SII).

L’endométriose et ses symptômes

L’endométriose est une affection dans laquelle les cellules endométriales se développent en des endroits autres que la muqueuse utérine. Ces cellules se retrouvent par exemple dans les ovaires, les trompes de Fallope, la vessie et même les intestins. Les symptômes usuels de l’endométriose sont la douleur pelvienne chronique, des règles douloureuses (ou dysménorrhée) et des troubles gastro-intestinaux. Ou encore pendant les relations sexuelles (dyspareunie), lorsqu’il faut se rendre à la selle (dyschésie).

À découvrir sur le même sujet : Vers un diagnostic de l’endométriose à l’aide d’une simple prise de sang ?

Endométriose : vers un diagnostic à l’aide d’une simple prise de sang

Des douleurs similaires en cas d’endométriose et de SII

Ces troubles gastro-intestinaux se manifestent par des ballonnements douloureux, des crises de constipation ou d’intense diarrhée. Et là est le problème. Ces symptômes s’apparentent de près à ceux du syndrome de l’intestin irritable (SII). Afin de distinguer endométriose et SII, une laparoscopie sera nécessaire.

À découvrir sur le même sujet : Quels sont les symptômes du SII ?

Le syndrome de l’intestin irritable (SII) est une maladie chronique qui empoisonne la vie des malades. Parlons-en !

D’ailleurs, les auteurs de l’étude soulignent un probable chevauchement des symptômes de l’endométriose et du SII, lié à l’absence de tests diagnostiques simples et non invasifs pour ces pathologies. Ils ont alors suivi 26 779 femmes âgées de 15 à 55 ans. 5 540 d’entre elles ayant reçu un diagnostic d’endométriose et 21 239 sans diagnostic d’endométriose. L’équipe de recherche est parvenue à déterminer que les femmes souffrant d’endométriose étaient 3,5 fois plus susceptibles d’avoir reçu un diagnostic du SII.

Un diagnostic erroné avant la découverte de l’endométriose

La conclusion de ladite étude est sans appel. Il existe un réel problème de diagnostic chez les femmes aux prises avec ce trouble. En définitive, leur étude révèle que près de 10 % des femmes atteintes d’endométriose avaient, en amont du diagnostic final, été traitées pour le syndrome de l’intestin irritable. Une preuve supplémentaire de la nécessité d’une approche multidisciplinaire pour diagnostiquer et traiter ces troubles.

Sources

– Seaman HE et al., « Endometriosis and its coexistence with irritable bowel syndrome and pelvic inflammatory disease : findings from a national case-control study-Part 2 », BJOG An International Journal of Obstetrics and Gynecology, 2008, 115(11), p. 1392-6.
Société Canadienne de recherche intestinale.
Inserm.

jonathan Epaillard

3 réponses à “SII et endométriose : ne pas confondre !”

  1. Bonjour
    J’ai été diagnostiqué au mois de septembre 2018 une colopathie fonctionnelle c’est-à-dire le syndrome du colon irritable en revanche je trouve que des douleurs s’intensifie de plus en plus ils sont de moins en moins supportable effectivement je souffre de troubles digestifs mais également de grosses douleurs pendant les règles ce qui m’handicape dans ma vie professionnelle comme personnelle cela me pousse à anticiper ainsi a déplacer mes congés de travail quand mon cycle menstruel arrive , je souffre également de douleur chronique au niveau de l’abdomen ainsi que pelvien comme une sorte de pesanteur qui est très désagréable et insoutenable une douleur difficile à décrire et cela fait quelques temps que je doute d’avoir une colopathie fonctionnelle, mais peut-être une endométriose
    Est-ce possible?
    Je dois passer une IRM fin août 2019 pour en savoir un peu plus mais j’ai tellement peur que examen n’apporte rien à nouveau cela fait 2 ans que ça dure et je n’en peux plus

    1. Bonjour,
      Le diagnostic du SII est malheureusement plus fréquent qu’on ne le pense en cas d’endométriose.Qu’a donné votre IRM ? D’autres examens existent dans le cas du diagnostic de l’endométriose, ce dernier pouvant parfois être long… Courage.

      Bien à vous,

      jonathan de LQDP.

  2. Bonjour ,
    Souffrante de problème digestif et douleurs depuis maintenant 8 ans a peut près .
    J’ai vu plusieurs médecins , spécialiste… j’ai subis plusieurs examens , entero irm , coloscopie , irm scanner , «  on ne trouve rien … » aujourd’hui ça fais 1 an que je souffre quotidiennement exactement 25 jours sur 30. J’ai de gros problème de transit , constipation diarrhée , douleur abdominale surtout situer côter droit . Des douleurs lors de l ovulation irradiant jusqu’à la jambe , à ne plus marcher . Des douleurs de règles horrible , douleur cyclique et hors cycles . J’ai mal au niveau du rectum , parfois l utérus qui tire tellement que ne peux pas m étirer, ni tousser , ni pousser au wc. J’ai le ventre qui gonfle tel une femme enceinte , j’ai des balloneme’r , qui me Font extrêmement mal quand je l’est evacue . Après défécation je souffre car cette sensation que mon m arrache mon colon .
    Les rapports sont douloureux , je n’en peux p’us Rester debout ni assise . J’ai perdu mon travail , et mon cercle d amis c’est réduit … je n’ai plus de vie professionnelle, social . C’est très dur !
    Les quotidien , 2 l d hepar , laxatif , anti spasmodique , anti douleur … et suppo glycérine , J’ai essayé les régimes sans FODMAP sans g’uten Sans lactose en vaint… pas de malade de crohn, ni maladie cœliaque, on m’a diagnostiqué colopathie fonctionel , je suis suivi dans un centre anti douleur , ou ils soupçonne l endométriose et non une colopathie… j’ai rdv le 10 décembre pour une cœlioscopie…
    le spécialiste m’a dit qu’il penser tout d’en meme à un problème digestif et non Endo , mais à confirmer par la cœlioscopie… donc affaire à suivre .

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.