Entre 2 et 3 % de la population française souffrirait d’orthorexie, l’obsession de manger sain. Ce trouble du comportement alimentaire est encore méconnu et sous-estimé en France. Pourtant, il isole les personnes touchées, en majorité des femmes.

L’orthoxerie, manger sain à tout prix

L'orthoxerie ou l'obsession de manger sain

L’orthoxerie ou l’obsession de manger sain

« Je n’ose plus inviter ma sœur à dîner. Elle regarde les plats d’un air gêné sans rien manger. Sauf le pain complet que j’ai acheté spécialement pour elle » témoigne Nathalie*, esthéticienne de 48 ans.

En effet, sa sœur, Corinne*, 52 ans, ingénieur à Paris, a décrété que seule la cuisson vapeur était saine. Elle a banni tous les sucres y compris ceux cachés et ne choisit que des céréales complètes, bio. Les graisse végétales et animales ont, depuis longtemps, quitté son frigo. Corinne souffre d’orthorexie, un trouble du comportement alimentaire. Il n’est pas (encore ?) reconnu comme tel mais identifié par les nutritionnistes et les psychothérapeutes.

Gras, salé, calorique… une étiquette nutritionnelle pour acheter mieux et sain. Vous y croyez ?

C’est le médecin américain Steve Bratman qui a inventé ce terme en 1997 à partir des termes « orthos », droit en grec et « orexis » pour appétit.

Qualité obsessionnelle des aliments

Si l’anorexie et la boulimie se focalisent sur la quantité de nourriture, la personne souffrant d’orthorexie est obsédée par la qualité. Ainsi, elle divise les aliments en deux catégories : ceux, sains pour leur corps et, ceux, malsains qui représentent la majorité.

« L’orthorexie ne met pas en danger la santé de ceux qui en souffrent », expliquait le psychiatre Bernard Waysfeld dans les colonnes de Grain de sucre. Mais la rigidité du régime qu’ils s’imposent les privent de tout plaisir et de toute convivialité. Elle débouche sur des frustrations, des punitions, une obsession permanente et l’isolement. »

Feed Twip, l’appli pour apprendre aux enfants à manger sainement

Un constat fait par Nathalie qui voit de moins en moins sa sœur au fil des ans : « Elle ne mange plus au restaurant et les repas familiaux se réduisent à Noël et à l’anniversaire de nos parents ». Ce choix de manger sain à tout prix est guidé par le désir d’améliorer son état général de santé avec, sous-jacente, la peur de la maladie et de la mort. Les scandales alimentaires comme celui de la vache folle ou, plus récemment, celui de Lactalis, confortent ces personnes dans leur obsession alimentaire.

Contenu relu et validé par une diététicienne WeCook.

*Les prénoms ont été changés.
Source : Association Autrement

Vanessa Pageot