La sténose est un mot dérivé du grec stenos, qui signifie étroit. La sténose est est un rétrécissement du calibre d’un organe, canal ou vaisseau. Elle concerne donc différents organes : trachée, vois urinaires, voies biliaires, bronches, veines, artères… Pour tout savoir sur la sténose, c’est par ici !

Types de sténose

La sténose peut être congénitale ou acquise. Selon la localisation de la sténose, on distinguera différents types :
aortique (niveau de l’aorte),
intestinale, complication la plus fréquente en cas de maladie de Crohn,

DIETIS
Inscrivez-vous à notre newsletter

À découvrir : Tout savoir sur la maladie de Crohn

du canal vertébral (au niveau du bas du dos principalement),
de l’artère rénale (au niveau des artères des reins),
du pylore (chez les nourrissons, c’est la sténose la plus connue entraînant les régurgitations typiques du nouveau-né),
mitrale (au niveau du ventricule gauche).


Les causes de la sténose

Selon la localisation, on distingue différentes causes. Voici quelques exemples :
– Pour une sténose rénale, il peut s’agir des causes comme l’athérosclérose, embolie, compression de l’artère rénale du fait de la présence de kyste ou d’une tumeur.

L’athérosclérose, qu’est-ce donc ?

– Pour une sténose de la carotide, l’une des principales causes est la formation d’une plaque athéromateuse, mais il peut s’agir également d’une dysplasie fibro-musculaire.
– Pour la sténose de la trachée, l’une des principales causes est une tumeur localisée dans la trachée.

Les symptômes de la sténose

Selon la localisation de la sténose, il existera différents signes.
Par exemple, plus de 5 % des séniors, homme et femme confondus, présentent une sténose au niveau de l’artère sans symptôme et sans signe clinique. Néanmoins, même s’il n’y a pas de signes apparents, cela reste un risque d’infarctus cérébral et d’accident vasculaire cérébral ou bien d’infarctus myocardique. En d’autres termes, ce type de sténose asymptomatique est un signe d’athérosclérose.

En ce qui concerne la sténose rénale, l’un des principaux symptômes est une hypertension artérielle ainsi qu’un souffle systolique.
Si la sténose se situe au niveau de l’œsophage, l’un des principaux symptômes est la dysphagie, avec anorexie et dénutrition. Le patient observe une gêne et une douleur lorsqu’il mange, comme si la bouchée avalée stagnait et restait accrochée au niveau de la gorge. Ceci est vrai d’abord pour les aliments solides, puis semi-solides puis même liquides. Une régurgitation sanglante peut arriver, mais cela reste rare.
Chez le nourrisson, la sténose du pylore induit des vomissements post-prandiaux, abondants et réguliers après chaque biberon : le bébé boit, mais semble affamé. La courbe de poids du bébé s’incline alors, et une déshydratation peut être observée.

Comment diagnostiquer la sténose ?

Le diagnostic utilisera des outils différents selon la localisation :
– Pour une sténose aortique ou de la carotide, on utilisera un écho-doppler, une angiographie par IRM. On surveillera également la tension.
– Pour une sténose rénale, on fera une urographie intraveineuse, une échographie et une artériographie. On fera également une prise de sang pour mesurer différents paramètres sanguins.

Et aussi : Saviez-vous que l’échographie n’est pas uniquement utilisée pour le suivi de grossesse ?

– Pour une sténose au niveau de l’œsophage, on procédera à une fibroscopie et une endoscopie pour effectuer une biopsie de la tumeur. Une fois le diagnostic effectué, on fera des examens complémentaires pour évaluer l’étendue de la sténose : radiographie pulmonaire, fibroscopie trachée-bronchique, échographie abdominale notamment.
– Chez le nouveau-né, une sténose du pylore s’observe par une palpation de l’abdomen.

Quels traitements ?

Il sera possible de ne pas intervenir et de laisser la sténose en l’état si elle ne met pas le patient en danger.
Des techniques chirurgicales pourront être envisagées également, quelle que soit la localisation de la sténose afin d’améliorer le confort de vie du patient et éviter les risques associés à celle-ci. De même, des traitements médicamenteux sont parfois utilisés : des médicaments inhibiteurs de la sécrétion d’aldostérone (spirolactone) ou d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion (captopril) peuvent être efficace pour traiter la sténose rénale. Chez les patients atteints de sténose de la carotide, des antiagrégants seront administrés pour les patients.

Sources

Notrefamille.com,
Le Figaro Santé,
– Françoise Caron et Jean-Claude Gandonnière, Bases physio-pathologiques de la diététique, Module BP6, 2014, document interne CNED,
– Christian Carip et Véronique Liégeois, Physiopathologie – Bases physiologiques de la diététique, Edition Tec&Doc, 2000.

Raphaelle Santarelli

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.