Sécurité sociale : les 10 bonnes et mauvaises surprises santé pour 2018 !

Le lundi 11 décembre 2017 va être adopté le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) par le Parlement. Bonnes ou mauvaises surprises ? On vous dévoile tout en 10 points.

Explications

Puisqu’il faut saisir le problème à sa racine, le déficit de la Sécurité sociale doit être réduit à 2,2 milliards d’euros en 2018, un niveau historiquement bas, qui n’a pas été atteint depuis… 17 ans ! La branche maladie par exemple devrait réaliser plus de 3 milliards d’euros d’économies.
Des expérimentations vont être menées afin de faire évoluer le financement des hôpitaux, aujourd’hui rémunérés à l’activité, avec la mise en place de forfaits qui prendront en compte le parcours du patient.

DIETIS Une marque de ALANTAYA SAS
Inscrivez-vous à notre newsletter

1 – Tiers-payant

L’obligation de généralisation du tiers-payant initialement prévue pour le 30 novembre est tombée aux oubliettes. Cette mesure du précédent quinquennat, rappelons-le, avait pour dessein d’éviter aux patients d’avancer les frais remboursés par la Sécurité sociale.

Ce dispositif a été vivement critiqué par les professionnels de santé qui semblent avoir été entendus par Agnès Buzyn, la ministre des Solidarités et et de la Santé. Cette dernière estime en effet que « nous ne sommes pas prêts techniquement à l’étendre »


L’application de ce dispositif pour fin novembre ayant été jugée « irréaliste », le gouvernement devra remettre un rapport avant le 31 mars 2018 et fournir un calendrier de « mise en œuvre opérationnelle du tiers-payant intégral ».

2 – Minimum vieillesse

L’allocation de solidarité aux personnes âgées de plus de 65 ans (ASPA) va être progressivement augmentée de 100 € par mois grâce à trois hausses successives : + 30 € en avril 2018, + 35 € au 1er janvier 2019 et +35 € en janvier 2020.

L’ASPA est l’allocation destinée aux personnes âgées ayant de faibles ressources. Actuellement de 803,20 € par mois pour une personne seule et 1246,97 € pour un couple, plus de 433 000 personnes bénéficiaient de cette allocation au 31 décembre 2016.

3 – Retraite

Aucune hausse des pensions n’aura lieu en 2018, le gouvernement actuel ayant décalé la revalorisation des pensions, officiellement pour « rendre plus simple et plus lisible » le système.

La prochaine hausse desdites pensions, initialement prévue pour octobre 2018, est donc reportée à janvier 2019. Les pensions de base ont certes été revalorisées de 0,8 % le 1er octobre 2017, mais les retraités devront s’armer de patience avant la prochaine augmentation.

4 – Forfait hospitalier

Le forfait hospitalier n’avait pas augmenté depuis 2010. À nouvelle année, nouvelle augmentation : en 2018, il passera de 18 à 20 € par jour. Cette dépense est prise en charge par les complémentaires santé des patients.

Mais, si les salariés sont couverts par une complémentaire santé, ce n’est pas le cas de tous les chômeurs et les retraités. Pour France-assos-santé, cette hausse du forfait hospitalier est injuste et va nuire aux plus démunis.

5 – Allocation adulte handicapé

Cette allocation, actuellement de 811 € par mois pour une personne seule, augmentera pour atteindre 860 € au 1er novembre 2018, et 900 € au 1er novembre 2019. Actuellement, plus d’un million de personnes bénéficient de cette allocation.

6 – Prestations familiales

Une revalorisation de 30 % du complément libre choix du mode de garde (CMG), aide à la garde d’enfants, sera appliquée au 1er octobre 2018 pour les familles monoparentales.

L’allocation de soutien familial (ASF), complétant le revenu des parents isolés qui ne perçoivent pas de pension alimentaire, sera quant à elle augmentée de 6 € dès le 1er avril. Le complément familial majoré, à destination des familles nombreuses modestes, sera augmenté de 16,80 € par mois au 1er avril.

Les primes de naissance et d’adoption évolueront en 2018 pour suivre l’inflation. Pour tout enfant né ou adopté à partir du 1er avril, les conditions de ressources et montants de l’allocation de base de la prestation d’accueil du jeune enfant (PAJE), seront alignés sur ceux du complément familial, soit 184 € par mois versés aux parents d’enfants âgés de moins de 3 ans.

7 – Vaccins

De 3 à 11 vaccins obligatoires, voici la nouveauté 2018 pour les bambins qui verront le jour à partir du 1er janvier. À la diphtérie, au tétanos et à la poliomyélite s’ajouteront coqueluche, rougeole-oreillons-rubéole (ROR), hépatite B ou encore pneumocoque…

Ces 11 vaccins représenteront 10 injections réparties sur 2 ans, et seront bien entendu pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie et les mutuelles.

8 – Cancer

Une prise en charge à 100% par l’Assurance maladie d’une consultation de prévention des cancers du sein et du col de l’utérus pour les assurées ayant soufflé 25 bougies.

9 – Tabac

Il ne fait pas bon être fumeur sous le quinquennat actuel. Le prix du paquet de cigarettes va progressivement atteindre 10 € d’ici à fin 2020. Une hausse qui commencera en mars 2018 (+ 1 €), puis + 50 centimes en avril 2019, novembre 2019 et avril 2020 pour enfin augmenter de 40 centimes en novembre 2020.

Amis fumeurs, il est peut-être temps de trouver une alternative à la cigarette !

10 – Taxe soda

Une modulation de la taxe soda sera appliquée dès 2019 afin de lutter contre l’obésité. Les taxes seront effectives pour toute boisson contenant 1 gramme de sucre pour 100 ml, et progressera (jusqu’à une vingtaine d’euros par hectolitre) pour les boissons dépassant 11 grammes de sucres ajoutés pour 100 ml.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *