Comment la peau fait-elle pour cicatriser ?

Quand on se coupe, on détruit des cellules de la partie supérieure de la peau : l’épiderme, et on endommage les petits vaisseaux sanguins qui s’y trouvent. Aussitôt les cellules du sang appelées plaquettes se collent entre elles de façon à former un caillot. Ce « bouchon » empêche » le sang de couler. On dit que le sang coagule. Puis les cellules situées à côté des cellules endommagées commencent à fabriquer des fibrilles de collagène, une protéine qui va aider à la réparation de la zone endommagée. Ces fibrilles tissent, au fil des jours, un réseau de tissu plus épais, appelé tissu conjonctif qui vient remplacer la partie de peau abîmée. Une peau toute neuve apparaît : la cicatrice. Cette nouvelle zone de peau est généralement plus pâle et plus fragile que l’ancienne. Il faut éviter de l’exposer au soleil. Elle bronze plus vite et conservera sa couleur, comme un tatouage.

Pourquoi faut-il toujours désinfecter une plaie ?

La peau fonctionne comme une enveloppe protectrice. Elle empêche microbes et autres corps étrangers de pénétrer dans ton corps. Quand on se coupe, cela fait comme une brèche. Les microbes peuvent s’infiltrer facilement, et déclencher une infection, retardant ainsi la cicatrisation. Pour éviter que cela ne se produise, il faut toujours nettoyer la plaie avec un antiseptique (un désinfectant à usage corporel) ou tout simplement de l’eau savonneuse.

Des points de suture, pourquoi ?

Quand une plaie n’est pas nette, ou lorsqu’elle est profonde et a endommagé les tissus situés sous l’épiderme, le médecin fait ce qu’on appelle des « points de suture ». Après avoir soigneusement nettoyé la plaie, il rapproche les bords de la plaie et les coud entre eux à l’aide d’un fil chirurgical. Cela permet à la peau de cicatriser plus vite, et d’obtenir une cicatrice plus jolie.

La brûlure

la brûlure

Quand on se brûle, la température de la peau s’élève. La première chose à faire est de placer la zone brûlée sous l’eau courante, de façon à stopper l’inflammation. Et il faut l’y laisser tant qu’elle n’a pas refroidi !  Sous l’effet de la chaleur, les vaisseaux sanguins se sont dilatés, laissant échapper le liquide translucide dans lequel baignent les cellules sanguines : le plasma. Les tissus gonflent (c’est l’œdème), la zone brûlée devient rouge et douloureuse.

Si seule la partie en surface de la peau est atteinte, les cellules de la peau et les vaisseaux sanguins, comme dans le cas d’une coupure, vont progressivement se reformer. Les cellules mortes vont tomber toutes seules, par plaques : on desquame ou on pèle. Quand la brûlure a atteint le derme, les globules blancs entrent en action. Ils pénètrent dans les tissus brûlés pour détruire les cellules endommagées.

Pourquoi parfois des cloques apparaissent ?

Sous l’effet de l’inflammation, les vaisseaux sanguins laissent échapper du plasma. L’épiderme se soulève et forme une cavité qui se remplit de ce liquide : c’est l’ampoule ou la cloque, plus scientifiquement baptisée « phlyctène ». Elle se résorbe généralement d’elle-même en quelques jours. Le liquide repasse progressivement dans les tissus, puis est évacué par les vaisseaux sanguins. En revanche, si l’ampoule « éclate », il faut faire très attention : la peau est alors directement en contact avec toutes sortes de microbes et le risque d’infection devient élevé.

Le sais-tu ?

Il ne faut jamais mettre de corps gras sur une brûlure. La peau continuerait à « cuire ».