Mauvaise nouvelle. Très mauvaise nouvelle. Très très mauvaise nouvelle. Les hommes semblent perdre plus rapidement du poids que les femmes.

Enfer et damnation

Une récente étude a étudié les pertes de poids chez 2 224 personnes en cas de régime hypocalorique. 1 504 femmes et 720 hommes en surpoids souffrant de pré-diabète ont suivi un régime de 800 calories par jour durant 8 semaines (oui, seulement 800 : le second drame de la soirée !). Au menu ? Soupes, céréales chauds et légumes à faible tenue calorique (salade, tomate, concombre…).

Au terme de l’étude, 35 % des sujets en pré-diabète – taux de glucose dans le sang quelque peu élevé – avaient des analyses sanguines normales et n’étaient plus en phase de pré-diabète. Mais surtout, les hommes de ladite étude avaient perdu plus de poids que les femmes. En moyenne ces dernières s’étaient délestées de 10,2 kilos contre 11,8 kilos pour ces messieurs. Oui, vous avez de quoi les détester !

Et comme si cela ne suffisait pas, les résultats montrent qu’ils avaient une fréquence cardiaque moins élevée et qu’en plus leur graisse corporelle était moindre que chez les femmes.

Pour vous venger :

Et si les hommes étaient plus proches des singes que des femmes ?

Hommes et femmes pas égaux face à la perte de poids : pourquoi de tels résultats ?

Force est de constater que le régie hypocalorique nous affecte différemment. La composition du sexe masculin est telle qu’ils ont plus de muscles (nouvelle injustice) et un taux métabolique plus conséquent que les femmes. Autrement dit, il dépensent plus d’énergie et donc de calories au quotidien.

Mais ne tirons pas de conclusions trop hâtives. Il s’agit ici d’un régime hypocalorique. Et alors me direz-vous ? Le sexe masculin consomme usuellement plus de calories que les femmes, les hommes de cette étude ont donc ici connu un déficit calorique plus conséquent.

De plus (pour vous rassurer), les hommes accumulent davantage de graisse viscérale (autour de la taille) que mesdames, graisse particulièrement active au niveau métabolique. Aussi la perte de graisse viscérale permet-elle une dépense énergétique plus conséquente. Et une perte de poids importante entraîne une fonte de la graisse viscérale, ce qui leur permet de brûler plus de calories. Trop triste mais CQFD.

Source

– Pia Christensen et al., « Men and women respond differently to rapid weight loss: Metabolic outcomes of a multi‐centre intervention study after a low‐energy diet in 2500 overweight, individuals with pre‐diabetes. », Diabetes, obesity & metabolism, août 2018.

Jonathan Epaillard