Vous êtes excédés par ce que doivent quotidiennement manger vos petits anges ? Fatigués de voir vos enfants rentrer la faim au ventre car ce qu’on leur sert à la cantine n’est pas bon ? L’association Un Plus Bio a pensé à vous ! Il propose en effet un guide pratique à destination des parents afin de faire évoluer la restauration collective chez vous, en favorisant le bio et le local.

10 raisons de faire évoluer sa cantine

1 – Le réfectoire dans lequel mange votre petit chérubin ressemble davantage à une usine qu’à une cantine.
2 – Le bio et les produits locaux ne semblent pas exister.
3 – Les petits agriculteurs croisés au marchés n’ont jamais été contactés pour livrer leurs marchandises à la cantine.
4 – Le repas est chronométré, le rendement calculé, alors que ce moment devrait être symbole de partage et d’éducation.
5 – Les repas sont directement livrés par une société extérieure délocalisée.
6 – Les cuisiniers n’ont sûrement jamais eu à éplucher un œuf ni à éplucher des légumes.
7 – On ne compte plus la quantité de nourriture jetée à la poubelle.
8 – Les parents n’ont jamais eu leur mot à dire sur la composition des menus.
9 – Les enfants ont très souvent faim en rentrant de l’école.
10 – Une simple volonté de voir les choses évoluer.

À découvrir : Cantines bio : le guide pratique des parents

Comment passer à une cantine bio ?

1 – Faites un état des lieux de la cantine

Interrogez-vous d’abord sur le mode de gestion de la cantine : est-ce direct ? Ou géré par une entreprise externe ? Les repas sont-ils à réchauffer sur place (liaison froide) ? Ou arrivent-ils prêts à être servis (liaison chaude) ?

Renseignez-vous sur la qualité des aliments servis ! Existe-t-il une légumerie ? Certains produits sont-ils frais et bruts, pour ensuite être travaillés ? Les repas de vos enfants bénéficient-ils d’aliments porteurs de signes officiels de qualité (AOP, Label Rouge, AB…) ? Quelle est la part du bio et du local dans les menus servis à la cantine ? Existe-t-il une politique anti-gaspillage ?

À découvrir sur le même sujet : Les vrais chiffres du gaspillage alimentaire.

Ce sont toutes les réponses à ces questions auxquelles vous devez vous efforcer de répondre en amont, afin de pointer du doigt les défaillances et les manques de la cantine.

2 – Établissez un solide argumentaire

Préparez une liste d’arguments infaillibles pouvant répondre à la question « qu’est-ce que la qualité alimentaire ?», que vous présenterez ensuite aux différents acteurs pouvant favoriser votre démarche. Votre liste d’arguments doit intégrer des problématiques environnementales, sanitaires, nutritionnelles et éducatives. Un Plus Bio donne quelques exemples persuasifs :

La qualité alimentaire, c’est…

– une santé pour tous dans l’assiette : l’exclusion des OGM, des pesticides, de l’agriculture intensive et l’introduction privilégiée de denrées en bio : pain, huile, céréales complètes, épicérie sèche ;
– le soutien aux agriculteurs, artisans et petites unités de transformation de mon territoire : des produits locaux de qualité ;
– la promotion des labels officiels (AB, AOP), notamment pour la viande ;
– du goût et du plaisir : un espace légumerie pour permettre aux cuisiniers de travailler dans de bonnes conditions les fruits et les légumes bruts livrés en vrac ;
– de la diversité au service de la qualité nutritionnelle : la réduction de la part de la viande de mauvaise qualité.

3 – Sollicitez les acteurs pouvant faire avancer votre projet

Contactez d’abord les associations de parents d’élèves, qui se préoccupent davantage chaque jour de l’alimentation des nouvelles générations.

Puis, recherchez les associations et groupements de producteurs : une AMAP n’est sûrement pas loin, ou une entreprise spécialisée dans le bio.

À découvrir sur le même sujet : Adhérer à une AMAP pour ne consommer que des fruits et légumes locaux ET de saison.

Enfin, la partie immergée de l’iceberg : contactez les élus, les délégations municipales, les chargés de mission de la collectivité.

Une fois tous ces acteurs fédérés, votre projet atteindra une telle ampleur qu’il ne pourra plus être écarté.

4 – Mettez en place des actions autour de l’alimentation

Il faut diffuser un message adéquat et sensibiliser toute la communauté éducative. Et c’est grâce au partage que votre projet aboutira. Organisez une journée sur le thème de l’alimentation en lien avec l’environnement, la santé publique, le développement économique local, ou réservez un repas à la cantine pour les adultes, afin qu’ils soient au plus près concernés par votre combat. Vous pouvez également créer une commission de menus, composée de tous les acteurs pouvant vous faire avancer (élus, parents, diététiciens…).

Et puisqu’il faut penser à tout, allez à la rencontre d’experts (associations, fédérations nationales spécialisées dans le bio…) et mettez en place des partenariats.

Quand les cantines se rebellent

Et pour aller plus loin, découvrez l’ouvrage de Julien Claudel et Stéphane Veyrat, pour le collectif Un Plus Bio, Quand les cantines se rebellent, manifeste en faveur d’une restauration collective bio, locale, saine et juste, Éditions In8, collection Court-Circuit, 94 pages, 9 €.

Source

Cantine bio : le guide pratique des parents, édité par Un Plus Bio, en ligne.

Jonathan Epaillard

0 réponses à “Une cantine bio pour vos enfants ? C’est possible !”

  1. […] de la culture conventionnelle, donc avec des traitements chimiques, l’autre est issue de la culture biologique. À proximité de ces deux bouteilles se trouvent deux échantillons d’eau : l’un dans […]

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.