Les troubles du comportement alimentaires sont de plus en plus fréquents, notamment parmi les adolescents et les jeunes adultes. Environ 10% de la population est touchée par l’une des trois formes syndromiques principales. Ces troubles sont : l’anorexie, la boulimie et l’hyperphagie. Hyperpha- quoi ? Hyperphagie !

Hyperphagie, de quoi parle-t-on ?

L’hyperphagie est un trouble du comportement alimentaire, au même titre que l’anorexie ou la boulimie. Sauf que ce trouble du comportement alimentaire est largement moins connu. On confond souvent l’hyperphagie et la boulimie et on les regroupe souvent sous un seul et même terme : l’hyperphagie boulimique. Mais ce sont bel et bien deux troubles du comportement alimentaire distincts.

Contrairement au boulimique, l’hyperphage ne met pas en place de stratégie de contrôle du poids : exit les vomissements, l’usage de laxatifs, l’arrêt de l’alimentation…
Ce trouble se définit par une prise alimentaire en quantité excessive et celle-ci est souvent suivie par un sentiment de culpabilité et de honte mais aucune action de « correction » ne sera mise en place.

Répérer les signes d’hyperphagie

Les signes sont la répétition de crises hyperphagiques impulsives où la personne mange de façon rapide, une grande quantité d’aliments, jusqu’à ce qu’elle ressente des douleurs au niveau de l’estomac ou une sorte d’inconfort digestif. Ces crises se font souvent à l’abri des regards.

« Un jour, j’ai acheté huit paquets de Balisto parce qu’il y avait des promos au supermarché. Le caissier m’a dit “vous en avez pour trois mois !” Je l’ai méprisé. J’ai pensé : non, j’en ai pour une heure. Tant mieux, si toi ça te fait trois mois. J’aimerais bien que ça me fasse trois mois, mais je ne choisis pas. Les gens vous répètent que si, ça se choisit, que c’est une question de volonté. Vous vous sentez faible. Vous vous dites que vous n’avez aucun mental. En plus de ça, vous êtes moche, grosse. Votre confiance en vous plonge plus bas qu’elle n’était. C’est un cercle de l’enfer.  »

Ces crises hyperphagiques peuvent survenir à tout moment, mais elles sont plus particulièrement favorisées par les frustrations de la vie quotidienne, l’ennui ou la solitude. L’hyperphagie peut apparaitre après une longue période de restriction alimentaire, de contrôle de son poids.

Sauf que ce cercle vicieux, s’arrête au moment de la perte de contrôle et de la culpabilité. Aucun mécanisme de restriction ou de reprise de contrôle alimentaire ne sera mis en place. Les hyperphages mangent alors tout ce qu’ils trouvent, sans sensation de faim.

Sommes-nous trop gros ? Enquête sur la perception de notre corps

Le répérage d’un trouble du comportement alimentaire est compliqué. Et cela n’est pas facilité du fait de la honte liée à ces troubles et de par la méconnaissance des troubles par les professionnels de santé.

Prise en charge de l’hyperphagie

Tout comme les autres troubles du comportement alimentaires, l’hyperphagie nécessite une approche collaborative avec l’intervention de différents professionnels de santé : médecin, diététicienne spécialisée dans les TCA, psychothérapeute… Il s’agit d’un long parcours avec notamment un travail sur le rapport aux émotions, un travail de développement de l’affirmation de soi, une approche psycho-corporelle… Il n’y a donc pas que la dimension alimentaire !

La perte de poids : autant dans la tête que dans l’assiette !

Sources

– Témoignage de Chloé, L’express
– Docteur Christophe Bagot, « Hyperphagie »
– Elyane C, Déprogrammation alimentaire, « Hyperphagie, c’est quoi, les causes et comment se soigner »

Amandine BONNET, diététicienne WeCook

1 réponses à “L’hyperphagie, ou quand la nourriture devient une obsession !”

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.