En France, chaque seconde, c’est 175 bouteilles d’eau qui sont vendues, soit 5,5 milliards de bouteilles d’eau par an ! Le marché de l’eau connaît un grand succès. Mais l’eau en bouteille est-elle plus intéressante que l’eau du robinet ?

Les 3 types d’eau

Il existe 3 types d’eau potable :

1 – L’eau du robinet

Elle provient de nappes phréatiques, des sources, lacs et rivières. Cette eau peut subir différents traitements physiques et/ou chimiques, et est systématiquement désinfectée au chlore.

2 – L’eau de source

Elle désigne une eau souterraine potable, microbiologiquement saine et protégée des risques de contamination.

3 – L’eau minérale

Il s’agit d’une eau bactériologiquement saine, ayant pour origine une nappe ou un gisement souterrain, et est également protégée des risques de pollution. Les eaux minérales diffèrent entre elles du fait de leur composition naturelle en certains nutriments (plus ou moins riche en calcium, en magnésium ou autre).

Les eaux embouteillées englobent les eaux de source et les eaux minérales.

Eau du robinet, une méfiance justifiée ?

L’eau du robinet attire de plus en plus de méfiance auprès du consommateur. A tort pourtant puisque l’eau du robinet est extrêmement surveillée. Une soixantaine de paramètres sont contrôlés auprès des pôles Santé et Environnement des ARS (Agences régionales de santé) en plus du suivi effectué par les services responsables des usines de traitement pour la potabilisation et du suivi effectué par les réseaux de distribution. Les nitrates, les pesticides, les métaux lourds entre autres sont donc particulièrement suivis par ces différents acteurs de façon indépendante.

Les réglementations par ailleurs se sont endurcies depuis les années 2000 (pour le plomb, la limite réglementaire a été abaissée de 50 à 25 µg/l dans l’eau potable, et depuis 2013, cette limitation a encore été abaissée à 10 µg/l, conformément aux recommandations de l’OMS). L’eau de source est soumise à la même réglementation que l’eau du robinet.

L’eau minérale a quant à elle une réglementation spécifique, et est soumise à des normes particulières. Par exemple, pour le fluor, l’eau du robinet a une limite fixée à 1.5 mg/l, alors que certaines eaux minérales ont des taux supérieurs à 5 mg/l.

L’eau en bouteille, zéro pointé en écologie

Eh oui ! Etant donné la quantité d’eau en bouteille vendue, on imagine bien l’impact au niveau écologique. Une bouteille d’eau parcourt en moyenne 300 km, de l’embouteillage au recyclage. Cet acheminement ne fait qu’augmenter la marque non-écologique du plastique. Sur le plan mondial, en 2005, il a été estimé que pour 6.2 milliards de litres d’eau en bouteilles consommés, cela a généré 240 000 tonnes de déchets plastiques. Et seulement la moitié de ces déchets sont recyclés, l’autre moitié finissant dans les décharges.

De l’eau à quel prix ?

Le prix moyen d’un litre d’eau en bouteille est de 0,48 euros, alors que le prix moyen d’un litre d’eau du robinet est de moins de 0,004 centimes d’euros. En prenant en compte l’acheminement, les traitements et autres interventions humaines, l’eau du robinet serait 120 fois moins chère que l’eau en bouteille.

Et le goût ?

64 % des consommateurs trouvent agréable le goût de l’eau minérale naturelle, contre 37 % pour l’eau du robinet. Néanmoins, il s’agit d’un critère très subjectif. En ce qui concerne les eaux en bouteilles, l’équilibre entre les minéraux et leur concentration respective leur confèrent une saveur et une signature caractéristique de son terroir. L’eau du robinet aura un léger goût chloré du fait des traitements subis par l’eau pour la rendre propre à la consommation.

Verdict

Il semblerait que l’eau du robinet soit tout à fait adaptée, plus écologique et plus économique que l’eau en bouteille. Néanmoins, cette conclusion est à nuancer :
– D’une part car les eaux en bouteilles sont parfois intéressantes pour leur forte teneur en un certain nutriment. Par exemple, les eaux calciques seront intéressantes en cas de carence en calcium.
– D’autre part, les eaux du robinet peuvent être néfastes si les eaux ont séjourné trop longtemps dans les tuyaux. Pour cela, lorsque vous revenez de vacances par exemple, faites couler un peu d’eau avant de la consommer. Et évitez de boire l’eau chaude (même si vous voulez faire du café ou du thé). Il est préférable de faire chauffer l’eau froide plutôt que de consommer de l’eau chaude.

Sources

Consoglobe.
ANSES.
Quechoisir.org.
Planetoscope.
– Veolia, service client de l’eau.
Eau Minérale Naturelle.

Raphaelle Santarelli, diététicienne WeCook

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.