Pourquoi ronfle-t-on ?

Lorsque l’on dort, tous les muscles se relâchent, en particulier ceux de la langue et du palais. Les tissus de l’oropharynx (voile du palais, arrière de la langue et luette) sont mous et vibrent davantage quand l’air passe à l’inspiration. C’est ce qui provoque ce son si caractéristique et si agaçant pour celui ou celle qui partage nos nuits. Le ronflement est d’autant plus fort que la respiration est rapide. Il peut être aggravé par la position que l’on adopte en dormant (sur le dos, c’est la fanfare assurée !), par la consommation d’alcool avant de se coucher, ou l’absorption de somnifères, par le surpoids et lorsque l’on a le nez bouché. Les ronflements touchent en règle générale davantage les hommes que le femmes, parce que ces premiers ont un pharynx plus étroit, rendant le passage de l’air plus difficile.

Il faut s’assurer que les ronflements ne cachent pas une apnée du sommeil. Dans ce cas, le dormeur s’arrête de respirer pendant quelques secondes, émet un ronflement sonore qui le réveille, respire de nouveau normalement avant de se rendormir. Ces cycles peuvent se reproduire plusieurs dizaines de fois au cours de la nuit, ce qui est très fatiguant. Ce trouble du sommeil peut par ailleurs avoir à terme des conséquences graves pour la santé. Il ne faut donc pas hésiter à en parler avec son médecin.

Comment éviter ces ronflements ?

Hélas ! Il n’y a pas de remède miracle… Ce que regretteront amèrement les compagnes ou compagnons de lit que les ronflements intempestifs du conjoint réveillent en plein cœur de la nuit. Souvent, changer de position permet de résoudre le problème, au moins temporairement, le ronfleur ayant tendance à se remettre sur le dos dès qu’il le peut. Des oreillers anti-ronflements peuvent aussi aider, en ce qu’ils permettent de maintenir la nuque bien droite. Et bien sûr, éviter de faire bombance avant de se coucher !

Delphine Godard

Laisser un commentaire

Bienvenue
Inscrivez-vous à notre newsletter, afin de recevoir toutes vos actualités.